DH – Appels à contribution

Appel à contribution pour Didactica Historica n° 11/2025 :

« Dans la rue »

Accès aux pdf des présentations en français, en allemand, en italien.

Didactica historica est composée de cinq rubriques pour lesquelles il est possible de soumettre une proposition d’article.

1) Dossier « Histoire » : « Dans la rue »

Quoi de plus banal, en apparence, que d’emprunter une rue ? Unité discrète et non moins sensible essentielle des villes et des villages, la rue structure le quotidien des individus. À travers les siècles, les individus n’ont cessé d’emprunter les rues pour se déplacer, travailler ou faire entendre leur voix, alors que d’autres ont été, et sont toujours, contraint.e.s d’y dormir. La rue organise les hiérarchies sociales et de genre dans l’espace. De la grande avenue commerçante à la ruelle obscure, elle ouvre aussi bien qu’elle referme, elle révèle aussi bien qu’elle dissimule. Que l’on s’y attarde ou qu’on la traverse furtivement, la rue marque le passage de l’espace privé à l’espace public, du domestique au social, dans un rapport de porosité. Aujourd’hui encore, les insignes du pouvoir patricien persistent sur maintes façades des centres historiques, vestiges de la manière dont s’affichait l’autorité de certaines élites.
L’espace public de la rue soulève ainsi des questions importantes sur les fonctions et les usages d’un tel lieu à diverses périodes et en différents lieux. Que l’on songe aux échanges – économiques, sociaux, politiques ou encore culturels – qui s’y déploient ; que l’on songe aux appropriations multiples dont elle a pu faire l’objet – des exécutions publiques aux barricades –, la rue est le lieu de pouvoir où se négocient les relations entre les individus et, à chaque époque, les conditions d’un certain « vivre ensemble ».
Des boulevards haussmanniens au grid system, des grandes métropoles américaines en passant par les plans en damier de plus petites cités industrielles comme Le Locle ou La Chaux-de-Fonds, les typologies fonctionnalistes de la rue ont été un instrument central de la domestication de l’espace public aux XIXe et XXe siècles. L’irruption de la pandémie COVID-19 a aussi montré combien pouvait s’y exercer une forme nouvelle de gestion et de contrôle des circulations urbaines, qui questionne sous un angle inédit nos relations à la ville de demain. Car paradoxalement, les restrictions sont susceptibles d’engendrer d’autres formes d’appropriation de l’espace public, plus organiques et collectives. Du street art à l’éclosion de nouveaux territoires laissés à la nature, la rue est un espace d’expression et de création et, sans doute aussi, le symbole d’une friche en devenir.
Pour cette édition de son dossier « Histoire », Didactica Historica a le plaisir de collaborer avec le Festival Histoire et Cité* qui se déroulera du 15 au 21 avril 2024 à Genève, Lausanne et Neuchâtel. En invitant des intervenant.e.s du festival à publier leur texte, Didactica Historica et le Festival Histoire et Cité espèrent renforcer les liens et le dialogue entre celles et ceux qui produisent les connaissances historiques et celles et ceux qui les médiatisent au sein de l’école. Toutes et tous partagent l’ambition d’enrichir la compréhension des enjeux de notre temps en les replaçant dans une perspective
historique.

*) https://histoire-cite.ch/, consulté le 21.01.2024

2) Actualité de la recherche en didactique de l’histoire

La rubrique « Actualité de la recherche en didactique de l’histoire » invite à présenter des travaux de recherche actuellement menés dans ce champ scientifique consacré à l’analyse des relations entre l’enseignement et l’apprentissage en histoire scolaire.
Dans cette rubrique, les auteurs·trices rédigent deux textes :

  • Un article scientifique dont l’objectif est de présenter les cadres théoriques et méthodologiques de la recherche, les données produites, ainsi que les principaux constats issus des analyses
  • effectuées. Cet article est soumis à une procédure d’expertise selon les critères scientifiques usuels (peer-review). Il est publié dans un livret en ligne : RECHERCHES EN DIDACTIQUE DE L’HISTOIRE.
  • Un article synthétique destiné à faire connaître, à un large public, les principaux apports de la recherche et l’intérêt des savoirs didactiques produits pour l’enseignement et la transmission de l’histoire. Cet article court est publié dans la revue papier.

Les auteurs·trices rédigent d’abord l’article scientifique qui est soumis à expertise. L’article synthétique est rédigé dès lors que l’article complet est accepté pour publication. Les titres des deux articles doivent être différents.
Cette particularité rédactionnelle de la revue Didactica Historica répond à la double exigence d’offrir aux chercheurs·euses en didactique de l’histoire une plateforme de publication scientifique reconnue d’un point de vue académique et institutionnel, tout en visant également un public plus large intéressé par les apports concrets de ces recherches pour l’enseignement et la transmission de l’histoire.

3) Pratiques enseignantes

La rubrique « pratiques enseignantes » publie des récits d’expériences, avec des séquences didactiques ou des projets pédagogiques originaux réalisés par des enseignant·e·s. De tels récits d’expérience n’exigent pas une écriture scientifique. Ils sont un reflet de la pratique, de ses expériences quotidiennes ou annuelles, de ses enjeux, de ses réussites et de ses difficultés.
La rubrique est envisagée comme un lieu d’échange professionnel et de mutualisation de ressources qui peuvent être rendues accessibles dans des annexes mises en ligne sur la plateforme de la revue.

4) Ressources pour l’enseignement

La rubrique « ressources pour l’enseignement » offre un lieu de rencontre avec l’histoire publique et ses potentialités pour l’enseignement de l’histoire : musées, ressources pédagogiques, plateformes internet, projets d’histoire orale ou d’histoire locale par exemple. Elle présente des documents, des outils, des lieux, des ressources, etc. qui constituent autant de moyens intéressants et inspirants pour l’enseignement.

5) Comptes rendus

La rubrique « comptes rendus » centre ses recensions sur des parutions récentes dans le champ de la didactique de l’histoire ou dans l’actualité historiographique, avec pour objectif de pointer des apports intéressants pour l’enseignement de l’histoire.

Consignes éditoriales

Les articles sont rédigés conformément aux normes éditoriales disponibles sur le site de la revue : https://www.codhis-sdgd.ch/fr/schreiben-fuer-dh/3/

La longueur des articles est fixée comme suit :

Pour les différentes rubriques de la revue, à l’exclusion des comptes rendus : maximum 16’000 signes (espaces compris) + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie, l’adresse électronique et, le cas échéant, un lien vers une page personnelle ainsi qu’un ORCID + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*).

Pour les articles scientifiques du livret RECHERCHES EN DIDACTIQUE DE L’HISTOIRE publié en ligne : maximum 32’000 signes (espaces compris) + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*).

Pour les comptes rendus : maximum 6’000 signes (espaces compris) + image de couverture de l’ouvrage de qualité suffisante (*).

(*) Qualité des images : env. 900-1’500 ko pour un quart de page ; env. 4’500-6’000 ko pour une demipage, plus de 10’000 ko pour une pleine page.

MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE PROPOSITION D’ARTICLE

Les propositions d’article doivent être envoyées au format suivant :

  • Auteur(s)·trice(s)
  • Titre
  • Rubrique envisagée, avec justification du choix
  • Présentations de l’article proposé (environ 2’000 signes) ou de l’ouvrage dans le cadre d’uncompte-rendu
  • Présentation de l’auteur·trice ou des auteurs·trices

Date limite pour soumettre une proposition d’article : 15 mars 2024

Date limite de réponse du comité de rédaction : 30 mars 2024

Date limite de remise des articles rédigés : 30 juin 2024

Les demandes de renseignement, les propositions d’article et les articles définitifs sont à adresser à :

  • Articles en français et italien : Nadine Fink (nadine.fink@hepl.ch) et Prisca Lehmann (prisca.lehmann@icloud.com)
  • Articles en allemand : Béatrice Ziegler (beatrice.ziegler@em.fhnw.ch)

Vous pouvez également consulter les informations sur notre site internet.

COMITÉ DE RÉDACTION DE DIDACTICA HISTORICA

Nadine FINK, HEP Vaud, directrice de rédaction ; Prisca LEHMANN, Gymnase d’Yverdon, co-directrice de rédaction ; Nicolas BARRÉ, HEP BEJUNE Delémont ; Pierre-Philippe BUGNARD, émérite de l’Université de Fribourg ; Nathalie MASUNGI, HEP Vaud ; Thomas METZGER, PH St.Gallen ; Julia THYROFF, PH FHNW, Aarau ; Michel NICOD, ES Marens Nyon ; Amalia TERZIDIS, HEP Valais ; Béatrice ZIEGLER, PH FHNW, Aarau (responsable des articles germanophones).


ARCHIVES


Appel à contribution pour Didactica Historica n° 10/2024 :

« Histoire de l’enfance et de la jeunesse »

Accès aux pdf des présentations en français, en allemand, en italien.

Didactica historica est composée de cinq rubriques pour lesquelles il est possible de soumettre une proposition d’article.

1) Dossier « Histoire » : Histoire de l’enfance et de la jeunesse

Le statut des enfants a connu différentes formes de dépendance à l’égard des adultes et donné lieu à des mesures diverses de protection de la jeunesse selon les sociétés et les époques. Ces mesures ont tantôt été support d’intégration, tantôt de marginalisation au sein de la communauté en fonction des catégories sociales, des attributions de genre et des expectatives qui y sont attachées. Devenir adulte prend des significations variées, mais les sociétés ont toujours projeté des attentes et des espoirs sur la génération suivante, avec des ambitions parfois antagonistes, de la perpétuation des traditions à l’amélioration de la condition humaine.

Dans ce dossier, nous nous proposons de nous intéresser, sur la longue durée, aux discours sur l’enfance et sur la jeunesse, aux attentes sociétales qu’ils véhiculent sur les choix d’éducation, de profession, de mariage, d’émancipation et d’épanouissement personnel. Quelles que soient les sociétés et leurs conceptions des sphères privées et publiques, le droit des enfants à une vie protégée et à de saines conditions de développement n’est pas toujours assuré. Pauvreté, maladie, mortalité infantile, stigmatisation sociale, exploitation économique sont autant de réalités concomitantes du parcours menant à la vie d’adulte. Si les attentes qui reposent sur les nouvelles générations peuvent êtres stimulantes et émancipatrices – avec, par exemple, de nouveaux projets éducatifs ou la reconnaissance des droits de l’enfant –, d’autres constituent autant d’obstacles dont les conséquences se font parfois sentir tout au long de l’existence. C’est le cas notamment des contraintes qui pèsent sur les enfants forcés à travailler, les enfants placés, les orphelins, les enfants clandestins.

Les grandes crises sociétales, les radicalisations politiques et religieuses, les guerres, le changement climatique et la disparition de la biodiversité sont autant de facteurs qui précarisent la vie et l’avenir des enfants, qui nuisent à leurs droits les plus élémentaires, que ce soit par manque de ressources, par l’absence de dignité de l’existence, par la négation du droit à l’éducation, par la mise en danger des conditions nécessaires à l’existence humaine sur terre. Ce sont autant de contraintes et de défis qui pèsent sur les sociétés et qui ont produit – et produisent encore – la mobilisation des jeunes générations (par exemple après Mai 68 et la culture des années 70-80) dont la parole dessine les contours d’un avenir souhaitable, viable du point de vue politique, économique, social, culturel et institutionnel. L’enfance, l’adolescence, la jeunesse sont autant de catégories qui permettent d’appréhender des transformations sociales à travers le temps. C’est la construction et l’évolution de ces catégories et des représentations qui s’y rattachent que se propose d’explorer le présent dossier

2) Actualité de la recherche en didactique de l’histoire

La rubrique « Actualité de la recherche en didactique de l’histoire » invite à présenter des travaux de recherche actuellement menés dans ce champ scientifique consacré à l’analyse des relations entre l’enseignement et l’apprentissage en histoire scolaire.

Dans cette rubrique, les auteurs·trices rédigent deux textes :

  • Un article scientifique dont l’objectif est de présenter les cadres théoriques et méthodologiques de la recherche, les données produites, ainsi que les principaux constats issus des analyses effectuées. Cet article est soumis à une procédure d’expertise selon les critères scientifiques usuels (peer-review). Il est publié dans un livret en ligne : RECHERCHES EN DIDACTIQUE DE L’HISTOIRE.
  • Un article synthétique destiné à faire connaître, à un large public, les principaux apports de la recherche et l’intérêt des savoirs didactiques produits pour l’enseignement et la transmission de l’histoire. Cet article court est publié dans la revue papier.

Les auteurs·trices rédigent d’abord l’article scientifique qui est soumis à expertise. L’article synthétique est rédigé dès lors que l’article complet est accepté pour publication. Les titres des deux articles doivent être différents.

Cette particularité rédactionnelle de la revue Didactica Historica répond à la double exigence d’offrir aux chercheurs·euses en didactique de l’histoire une plateforme de publication scientifique reconnue d’un point de vue académique et institutionnel, tout en visant également un public plus large intéressé par les apports concrets de ces recherches pour l’enseignement et la transmission de l’histoire.

3) Pratiques enseignantes

La rubrique « pratiques enseignantes » publie des récits d’expériences, avec des séquences didactiques ou des projets pédagogiques originaux réalisés par des enseignant·e·s. De tels récits d’expérience n’exigent pas une écriture scientifique. Ils sont un reflet de la pratique, de ses expériences quotidiennes ou annuelles, de ses enjeux, de ses réussites et de ses difficultés.

La rubrique est envisagée comme un lieu d’échange professionnel et de mutualisation de ressources qui peuvent être rendues accessibles dans des annexes mises en ligne sur la plateforme de la revue.

4) Ressources pour l’enseignement

La rubrique « ressources pour l’enseignement » offre un lieu de rencontre avec l’histoire publique et ses potentialités pour l’enseignement de l’histoire : musées, ressources pédagogiques, plateformes internet, projets d’histoire orale ou d’histoire locale par exemple. Elle présente des documents, des outils, des lieux, des ressources, etc. qui constituent autant de moyens intéressants et inspirants pour l’enseignement.

5) Comptes rendus

La rubrique « comptes rendus » centre ses recensions sur des parutions récentes dans le champ de la didactique de l’histoire ou dans l’actualité historiographique, avec pour objectif de pointer des apports intéressants pour l’enseignement de l’histoire.


Consignes éditoriales

Les articles sont rédigés conformément aux normes éditoriales disponibles sur le site de la revue :
https://www.codhis-sdgd.ch/fr/schreiben-fuer-dh/3/

La longueur des articles est fixée comme suit :

  • Pour les différentes rubriques de la revue, à l’exclusion des comptes rendus : maximum 16’000 signes (espaces compris) + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie, l’adresse électronique et, le cas échéant, un lien vers une page personnelle ainsi qu’un ORCID + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*).
  • Pour les articles scientifiques du livret RECHERCHES EN DIDACTIQUE DE L’HISTOIRE publié en ligne : maximum 32’000 signes (espaces compris) + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*).
  • Pour les comptes rendus : maximum 6’000 signes (espaces compris) + image de couverture de l’ouvrage de qualité suffisante (*).

(*) Qualité des images : env. 900-1’500 ko pour un quart de page ; env. 4’500-6’000 ko pour une demi-page, plus de 10’000 ko pour une pleine page.

Marche à suivre pour soumettre une proposition d’article

Les propositions d’article doivent être envoyées au format suivant :

  • Auteur(s)·trice(s)
  • Titre
  • Rubrique envisagée, avec justification du choix
  • Présentations de l’article proposé (environ 2’000 signes) ou de l’ouvrage dans le cadre d’un compte-rendu
  • Présentation de l’auteur·trice ou des auteurs·trices

Délais :

  • Date limite pour soumettre une proposition d’article : 20 mars 2023
  • Date limite de réponse du comité de rédaction : 21 avril 2023
  • Date limite de remise des articles rédigés : 30 juin 2023

Les demandes de renseignement, les propositions d’article et les articles définitifs sont à adresser à :

  • Articles en français et italien : Nadine Fink (nadine.fink@hepl.ch) et Prisca Lehmann (prisca.lehmann@icloud.com)
  • Articles en allemand : Béatrice Ziegler (beatrice.ziegler@em.fhnw.ch)

Vous pouvez également consulter les informations sur notre site internet.

Comité de rédaction de Didactica historica

Nadine FINK, HEP Vaud, directrice de rédaction ; Prisca LEHMANN, Gymnase d’Yverdon, co-directrice de rédaction ; Nicolas BARRÉ, HEP-BEJUNE, Delémont ; Pierre-Philippe BUGNARD, émérite de l’Université de Fribourg ; Nathalie MASUNGI, HEP Vaud ; Thomas METZGER, PH St.Gallen ; Michel NICOD, ES Marens Nyon ; Amalia TERZIDIS, HEP Valais ; Julia THYROFF, PH FHNW, Aarau ; Béatrice ZIEGLER, em. PH FHNW, Aarau (responsable des articles germanophones).

Appel à contribution pour Didactica Historica n° 9/2023 : « Technique – Innovation – Changement »

Didactica Historica est composée de cinq rubriques pour lesquelles il est possible de soumettre une proposition.

1. Dossier thématique « Technique – Innovation – Changement »

En cette période où les changements techniques et anthropologiques tels que l’« intelligence artificielle », la numérisation et les cryptomonnaies influencent notre quotidien et où prévalent les innovations médicales comme solution à la pandémie qui sévit, Didactica Historica propose d’explorer l’histoire du développement technique.

La technique désigne l’ensemble des mesures, des équipements et des procédés rendus possibles par la mise en pratique des connaissances scientifiques. Les développements techniques s’inscrivent dans des processus sociaux qui font interagir besoins humains, intérêts économiques, exigences politiques et projets de société. Par le biais de progrès scientifiques et d’innovations techniques, ils deviennent déterminants pour la vie des sociétés et des individus. Les questions relatives à l’importance des évolutions techniques pour le changement social, au poids des innovations pour le développement des sociétés humaines ont toujours fait et font encore l’objet de controverses. Les bouleversements sociaux, les modifications des discours culturels et politiques tendent à être considérés comme les conséquences des changements et innovations technologiques majeurs.

Jusqu’à récemment, l’historiographie a été marquée par l’eurocentrisme et l’idéologie du progrès. La technique et les innovations, en tant qu’expression d’une maîtrise, voire domination croissante du monde, y ont été appréhendées comme décisives et positives pour le bien commun. Cependant, les travaux historiques mettent de plus en plus en lumière les conséquences problématiques d’une telle appréhension de la marche de l’histoire. De nouvelles perspectives historiographiques et sociétales – par exemple les mouvements postcoloniaux, les études genre et l’histoire environnementale – remettent en question cette lecture pour pointer les conséquences sociales, économiques et écologiques néfastes pour l’écosystème planétaire et la vie sur terre.

Pour son dossier « Technique – Innovation – Changement », Didactica Historica ouvre son appel pour des contributions qui traitent des interactions entre développements techniques, innovations, conditions, cadres et conséquences sociétales pour en explorer les ambiguïtés sur le long terme historique, de l’Antiquité au passé récent. Les contributions peuvent également porter sur les changements des discours et des représentations portant sur les innovations et leurs conséquences sur la vie quotidienne. Les innovations dans la culture alimentaire (par exemple le développement d’une industrie agroalimentaire et d’élevage intensif), les technologies de guerre, les techniques d’extraction de matières premières basées sur l’exploitation humaine et la mise en place de régimes coercitifs, le développement d’une société de consommation intensive et celui d’une économie du recyclage, les progrès scientifiques – par exemple dans le domaine médical – et les changements sociétaux qu’ils engendrent sont autant de thématiques, parmi d’autres, pouvant être déployées.

Outre des contributions historiques, sont également souhaités des articles explorant des enjeux didactiques relatifs à la prise en charge scolaire des thématiques proposées précédemment. Quels thèmes et quels enjeux s’agit-il de transposer prioritairement, comment et avec quels objectifs éducatifs et sociétaux ? Les contributions peuvent porter sur des dispositifs scolaires (au cœur de la classe) et extrascolaires (par exemple dans les musées ou les offres pédagogiques destinées également au grand public). Il s’agit d’étudier les conditions de possibilité pour la didactique de l’histoire de contribuer au développement d’une critique réflexive et porteuse pour l’avenir, à l’aune des problématiques relatives au thème de ce dossier « Technique – Innovation – Changement ».

Pour les articles qui s’inscrivent explicitement dans la recherche en didactique de l’histoire, il est possible de proposer, en plus de la version courte, une version longue (32’000 signes) expertisée en double aveugle par le Comité international de lecture de Didactica Historica – en fonction de la grille de critères annexée – et mise en ligne sur le site de la revue et celui de l’éditeur. Une version courte « papier », expertisée par le comité de rédaction, est cependant obligatoire pour accéder à l’édition en ligne de la version longue expertisée en peer review. Les deux textes (article court et article long) doivent avoir un titre différent.

Nombre de signes pour les versions courtes (espaces compris) : maximum 16’000 signes + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*).

Nombre de signes pour les versions longues (espaces compris) : maximum 32’000 signes + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*).

2. Didactique de l’histoire

La rubrique « didactique de l’histoire » publie des articles scientifiques issus de la recherche en didactique de l’histoire ou de disciplines associées.

Dans cette rubrique, il est possible de proposer, en plus de la version courte (16’000 signes), une version longue (32’000 signes) expertisée en double aveugle par le Comité international de lecture de Didactica Historica – en fonction de la grille de critères annexée – et mise en ligne sur le site de l’éditeur. Une version courte « papier », expertisée par le comité de rédaction, est cependant obligatoire pour accéder à l’édition en ligne de la version longue expertisée en peer review. Les deux textes (article court et article long) doivent avoir un titre différent.

Nombre de signes pour les versions courtes (espaces compris) : maximum 16’000 signes + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*).

Nombre de signes pour les versions longues (espaces compris) : maximum 32’000 signes + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*).

3. Pratiques enseignantes

La rubrique « pratiques enseignantes » publie des récits d’expériences, avec des séquences didactiques ou des projets pédagogiques réalisés par des enseignant·e·s. De tels récits d’expérience n’exigent pas une écriture scientifique. Ils sont un reflet de la pratique, de ses expériences quotidiennes ou annuelles, de ses enjeux, de ses réussites et de ses difficultés.

Nombre de signes (espaces compris) : maximum 16’000 signes + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*). Des documents en annexe peuvent être mis en ligne sur le site de l’éditeur.

4. Ressources pour l’enseignement

La rubrique « ressources pour l’enseignement » présente des documents, des outils, des lieux, des ressources, etc. qui constituent autant de moyens intéressants et inspirants pour l’enseignement.

Nombre de signes (espaces compris) : maximum 16’000 signes + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*). Des documents en annexe peuvent être mis en ligne sur le site de l’éditeur.

5. Comptes rendus

La rubrique « comptes rendus » présente quelques parutions récentes qui traitent de l’histoire et de son enseignement.

Nombre de signes (espaces compris) : 4’500 à 6’000 + image de couverture de l’ouvrage de qualité suffisante (*).

(*) Qualité des images : env. 900-1’500 ko pour un quart de page ; env. 4’500-6’000 ko pour une demi-page, plus de 10’000 ko pour une pleine page.

Marche à suivre pour publier un article

Les propositions d’article doivent être envoyées au format suivant :

  • Auteur(s)·trice(s)
  • Titre
  • Rubrique envisagée, avec justification du choix
  • Présentations de l’article proposé (environ 2’000 signes) ou de l’ouvrage dans le cadre d’un compte-rendu
  • Présentation de l’auteur·trice ou des auteurs·trices

Date limite pour soumettre une proposition d’article : 28 mars 2022

Date limite de réponse du comité de rédaction: 25 avril 2022

Date limite de remise des articles : 30 juin 2022

Les demandes de renseignement, les propositions d’article et les articles définitifs sont à adresser à :

Consignes éditoriales

Merci de nous retourner votre article dans les délais, en ayant soin de respecter les consignes rédactionnelles fournies en annexe par notre éditeur Alphil – Presses universitaires suisses, Neuchâtel.

Comité de rédaction de Didactica Historica

Nadine Fink, HEP Vaud, directrice de rédaction ; Prisca Lehmann, Gymnase d’Yverdon-les-Bains, co-directrice de rédaction ; Nicolas Barré, HEP-BEJUNE Delémont ; Pierre-Philippe Bugnard, émérite de l’Université de Fribourg ; Nathalie Masungi, HEP Vaud ; Thomas Metzger, PH St.Gallen ; Michel Nicod, ES Marens Nyon ; Nadine Ritzer, PH Bern (co-responsable des articles germanophones) ; Béatrice Rogéré Pignolet, HEP Vaud ; Amalia Terzidis, HEP Valais ; Béatrice Ziegler, PH FHNW, Aarau (responsable des articles germanophones).


Appel à contribution pour Didactica Historica n° 8/2022 : « Les femmes font l’histoire »

Cliquer ici pour obtenir le document pdf de cet appel à publication

Didactica Historica est composée de cinq rubriques pour lesquelles il est possible de soumettre une proposition :

1. Dossier thématique « Les femmes font l’histoire »

2021 marque le 50e anniversaire de l’introduction du suffrage féminin en Suisse et constitue à ce titre une date-clé dans le processus d’émancipation des femmes. C’est un événement significatif, d’une part, parce que la Suisse a été l’un des derniers pays à accorder aux femmes les droits civiques, d’autre part, parce que c’est l’électorat masculin – et non un parlement ou un gouvernement – qui a finalement permis de franchir ce pas.

Didactica Historica 8/2022 saisit l’occasion de cet « anniversaire » pour consacrer son dossier à l’histoire des femmes et aux rapports de genre, à l’histoire du féminisme et de l’engagement en faveur de l’émancipation, des droits civiques et de l’égalité sociale, partout dans le monde et à toutes les époques de l’histoire humaine.

Les propositions d’articles peuvent s’inscrire dans l’un des cinq axes suivants :

  1. Des contributions consacrées à des personnes et/ou des événements significatifs de l’histoire du féminisme et, de manière générale, de la lutte pour l’acquisition des droits politiques, économiques et sociaux, ainsi que pour l’égalité de genre.
  2. Des contributions qui étudient des politiques, des luttes et des règlementations concrètes relatives au genre et qui, à l’appui du concept d’intersectionnalité, analysent les formes de domination et de discrimination et mettent en évidence des points communs et des discordances au niveau de leurs conséquences.
  3. Des contributions qui historicisent la manière dont les relations de genre ont été conçues, vécues, justifiées, revendiquées à différentes échelles de la société. Peuvent être pris en considération des mouvements sociaux, des courants culturels, des associations sportives, des expériences collectives, par exemple.
  4. Des contributions qui ouvrent de nouveaux chantiers de l’histoire, en réexaminant certains sujets ou champs historiques et en invitant à reconsidérer la place des femmes et leur agentivité dans l’historiographie et dans l’histoire enseignée.
  5. Des contributions qui s’intéressent aux relations de genre dans le domaine de l’éducation. Peuvent être pris en considération des réglementations institutionnelles (par exemple, les politiques salariales, d’emploi et de formation) ; les opportunités éducatives pour les garçons et pour les filles ; la structure de l’enseignement et du matériel pédagogique utilisé.

Les propositions soumises peuvent comprendre des études de cas historiques, des analyses didactiques, des retours critiques sur des dispositifs existants, des pistes d’exploitation en classe qui prennent en compte le renouvellement des questionnements pour répondre aux préoccupations contemporaines.

Pour les articles qui s’inscrivent explicitement dans la recherche en didactique de l’histoire, il est possible de proposer, en plus de la version courte, une version longue (32’000 signes) expertisée en double aveugle par le Comité international de lecture de Didactica Historica – en fonction de la grille de critères annexée – et mise en ligne sur le site de la revue et celui de l’éditeur. Une version courte « papier », expertisée par le comité de rédaction, est cependant obligatoire pour accéder à l’édition en ligne de la version longue expertisée en peer review. Les deux textes (article court et article long) doivent avoir un titre différent.

Nombre de signes pour les versions courtes (espaces compris) : maximum 16’000 signes + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*).

Nombre de signes pour les versions longues (espaces compris) : maximum 32’000 signes + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*).

2. Didactique de l’histoire

La rubrique « didactique de l’histoire » publie des articles scientifiques issus de la recherche en didactique de l’histoire ou de disciplines associées.

Dans cette rubrique, il est possible de proposer, en plus de la version courte (16’000 signes), une version longue (32’000 signes) expertisée en double aveugle par le Comité international de lecture de Didactica Historica – en fonction de la grille de critères annexée – et mise en ligne sur le site de l’éditeur. Une version courte « papier », expertisée par le comité de rédaction, est cependant obligatoire pour accéder à l’édition en ligne de la version longue expertisée en peer review. Les deux textes (article court et article long) doivent avoir un titre différent.

Nombre de signes pour les versions courtes (espaces compris) : maximum 16’000 signes + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*).

Nombre de signes pour les versions longues (espaces compris) : maximum 32’000 signes + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*).

3. Pratiques enseignantes

La rubrique « pratiques enseignantes » publie des récits d’expériences, avec des séquences didactiques ou des projets pédagogiques réalisés par des enseignant.e.s. De tels récits d’expérience n’exigent pas une écriture scientifique. Ils sont un reflet de la pratique, de ses expériences quotidiennes ou annuelles, de ses enjeux, de ses réussites et de ses difficultés.

Nombre de signes (espaces compris) : maximum 16’000 signes + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*). Des documents en annexe peuvent être mis en ligne sur le site de l’éditeur.

4. Ressources pour l’enseignement

La rubrique « ressources pour l’enseignement » présente des documents, des outils, des lieux, des ressources, etc. qui constituent autant de moyens intéressants et inspirants pour l’enseignement.

Nombre de signes (espaces compris) : maximum 16’000 signes + résumés en français et en anglais, mots-clés en français et en anglais, courte biographie + deux ressources iconographiques (image, tableau, schéma, graphique, …) libres de droits et de qualité suffisante (*). Des documents en annexe peuvent être mis en ligne sur le site de l’éditeur.

5. Comptes-rendus

La rubrique « comptes-rendus » présente quelques parutions récentes qui traitent de l’histoire et de son enseignement.

Nombre de signes (espaces compris) : 4’500 à 6’000 + image de couverture de l’ouvrage de qualité suffisante (*).

(*) Qualité des images : env. 900-1’500 ko pour un quart de page ; env. 4’500-6’000 ko pour une demi-page, plus de 10’000 ko pour une pleine page.

Marche à suivre pour publier un article

Les propositions d’article doivent être envoyées au format suivant :

  • e.s
  • Titre
  • Rubrique envisagée, avec justification du choix
  • Présentations de l’article proposé (environ 2’000 signes) ou de l’ouvrage dans le cadre d’un compte-rendu
  • Présentation de l’auteur.e ou des auteur.e.s

Date limite pour soumettre une proposition d’article: 30 mars 2021

Date limite de réponse du comité de rédaction: 30 avril 2021

Date limite de remise des articles : 30 juin 2021

Les demandes de renseignement, les propositions d’article et les articles définitifs sont à adresser à :

Articles en français et italien : Nadine Fink (nadine.fink@hepl.ch) et Prisca Lehmann (prisca.lehmann@icloud.com)

Articles en allemand : Béatrice Ziegler (beatrice.ziegler@em.fhnw.ch) et Nadine Ritzer (nadine.ritzer@phbern.ch)

Consignes éditoriales :

Merci de nous retourner votre article dans les délais, en ayant soin de respecter les consignes rédactionnelles fournies en annexe par notre éditeur Alphil – Presses universitaires suisses, Neuchâtel.

Comité de rédaction de Didactica Historica

Nadine Fink, HEP Vaud, directrice de rédaction ; Prisca Lehmann, Gymnase d’Yverdon-les-Bains, co-directrice de rédaction ; Pierre-Philippe Bugnard, émérite de l’Université de Fribourg ; Nicolas Guillaume-Gentil, HEP BEJUNE Neuchâtel ; Nathalie Masungi, HEP Vaud ; Michel Nicod, ES Marens Nyon ; Nadine Ritzer, PH Bern (co-responsable des articles germanophones) ; Béatrice Rogéré Pignolet, HEP Vaud ; Amalia Terzidis, HEP Valais ; Béatrice Ziegler, PH FHNW, Aarau (responsable des articles germanophones).